Bénédict Beaugé et la cuisine italienne

Bénédict Beaugé et L’Italie

J’ai eu la chance de rencontrer Bénédict Beaugé en 2006 et depuis, je ne l’ai plus quitté, je le définis comme mon « Père Gastronomique ». La chose que j’adore le plus chez Bénédict ? Parler avec lui, sa connaissance, sa sagesse, ses idées sont tellement grandes que je m’y perds, et je dois dire que c’est un véritable plaisir nourrissant.

Je vous invite donc à découvrir son lien et sa vision de l’Italie gourmande.

Bénédict Beaugé et la cuisine italienne

Bénédict Beaugé, essayiste gastronomique est l’auteur de plusieurs ouvrages. Son dernier né, Plats du Jour, est un livre qui aborde le sujet de la nouveauté en cuisine. Ce livre a attiré l’attention d’un grand nombre de lecteurs et des médias.

seconda-plats-jour-idee-nouveaute-cuisine

Bénédict a toujours aimé l’Italie, qu’il a eu la chance de connaître en rencontrant des italiens et aussi grâce à son travail. À une autre période de sa vie, il a également été décorateur de cinéma. Ceci l’a amené à voyager souvent en Italie et à découvrir plusieurs endroits au nord et au sud. Il m’a ainsi raconté que dans les années 80, il a dû se rendre à Rome pour rencontrer des costumières. Elles l’ont emmené manger dans une sorte de ginguette au bord du Tibre, un peu plus au nord du Pont Sant’Angelo. Ils ont mangé dehors et pour la première fois il a goûté à la bruschetta avec des tomates et du basilic. Il a apprécié l’ambiance très gaie, le vin et la nourriture simple.

Les livres de Bénédict 

L’un des premiers livres de cuisine italienne qu’il a acheté est Dîners à l’Italienne de Lorenza De Medici, qui traite de l’art de recevoir dans les grandes demeures d’Italie. Aujourd’hui encore, Bénédict crée des recettes inspirées par ce livre, en particulier la tarte aux figues. Il a également acheté un livre de cuisine italienne en italien : le livre d’Alda Boni sur la cuisine dans les différentes régions.

Bénédict Beaugé et la cuisine italienne

Recette de la tarte aux figues :

Confire des citrons dans le sucre pendant une heure. Disposer les citrons confits au fond d’une pâte à tarte, disposer des figues blanches coupés en 4, saupoudrer donc de grains de fenouil, passer au four.

Sa passion pour la gastronomie l’a amené tout naturellement à se rapprocher de cet univers et à en faire son métier. S’ensuivirent donc un passage dans le monde du journalisme gastronomique et aussi l’écriture de nombreux ouvrages. (cf. bibliographie).

Des rencontres, cette fois-ci parisiennes, mais chez Bini (le restaurant italien de Anna Bini), lui ont permis de coopérer à la rédaction en français des ouvrages de cuisine de Leda Vigliardi Paravia. Les rencontres menant à d’autres rencontres. C’est grâce à Leda qu’il fait connaissance avec Alberto Capati de Slow Food. Il débute sa coopération avec le magazine Slow Food. Il donne des cours à l’université des sciences gastronomiques de Pollenzo.

Le livre La bonne cuisine italienne des Carluccio (les plus italiens des londoniens) est passé entre les mains de Bénédict. On lui en a, en effet, confié la relecture. C’est un excellent livre, comme une sorte d’encyclopédie des produits italiens.

Bénédict Beaugé et la cuisine italienne

 

Le travail de Bénédict

J’ai eu la chance d’aller avec Bénédict au Salon du Goût. C’était super, on est partis à la recherche de câpres de Sicile et on a fait une pêche abondante ! Nous avons aussi goûté les fromages : le « castelmagno » du Piémont et le « Montasio » du Frioul, et avons participé à une dégustation de vins. On a été très impressionés par les vins blancs du Frioul.

En 2009, nous avons fait le premier voyage en Sicile ensemble. Bien évidemment je l’ai amené à Bronte. Quand on en reparle, Bénédict évoque toujours son plus beau souvenir. Il a aimé l’arrivée à Bronte en voiture car on était entourés de pistachiers et de la terre de lave noire.

L’Italie de Bénédict est aussi liée à L’Italie de Troisgros, un ouvrage qu’il a écrit sur les recettes de Michel Troigros. Ce livre fut pour lui une occasion de plus de retourner en Italie surtout dans la région du Piémont et de la plaine du Pô.

Bénédict et son blog

Vous êtes-vous déjà demandé qui pouvait être l’ancêtre des blogs culinaires ? Et bien, j’ai la réponse : c’est Bénédict. En 1994 il a créé Miam-miam un “faxine” de cuisine : une lettre bimensuelle faxée ! L’un des plus chers amis de Bénédict, Jacques Thorel, lui a offert ses faxines qu’il a fait relier en deux volumes fantastiques pleins d’anecdotes et de savoir gastronomique.

Aujourd’hui plus personne ne possède de fax, mais il est possible de suivre les aventures gastronomiques de Bénédict sur son blog : cuit-cuit.fr

J’ai posé une dernière question à Bénédict : Pourrais-tu cuisiner quelque chose avec les huiles Colonna et les pâtes de Gragnano (Il me dit toujours que ce sont les pâtes qu’il préfère, je vous laisse imaginer à quel point ça me fait plaisir) ?

Bénédict Beaugé et la cuisine italienne

Il a joué le jeu. Merci Bénédict, merci pour ces recettes délicieuses. Merci aussi pour ta sagesse et pour le temps que tu me consacres.

Orecchiette au poitimarron et huile d’olive et mandarine

Epinards sautés au fenouil et l’huile d’olive et orange

Pour tout savoir sur Bénédict Beaugé, visitez son site miam-miam.fr ou son blog cuit-cuit.fr !

Retrouvez tous les produits que je sélectionne dans ma boutique en ligne lesdeuxsiciles.com

Retrouvez toutes les recettes de mon blog

Bibliographie de Bénédict Beaugé

Les produits du saloir, conçu et écrit pour le compte des Salins du Midi

Les vins, dans la collection “Cuisines régionales de France” chez Time-Life

L’atelier d’Alain Senderens, (en collaboration) chez Hachette

La bonne cuisine des Carluccio, (adaptation française) chez Hachette

Atlantiques, (avec Jacques Thorel) chez Hachette

L’atelier d’Alain Ducasse (en collaboration), chez Hachette

Champagne : images & imaginaire, chez Hazan, 1998

Aventures de la Cuisine française, une histoire de la cuisine française contemporaine, de 1960 à nos jours, chez NIL éditions, 1999

Le gourmand des quatre saisons, une anthologie de chroniques de Miam-Miam, chez Nil éditions, 1999

L’Esprit d’une maison, in “Menus papiers des Troisgros”, Roanne, FFCB 2000

La cuisine acidulée de Michel Troisgros, en collaboration avec Michel Troisgros, Le Cherche Midi 2002

Parler la cuisine, in “Pierre Gagnaire / Sucré-Salé”, La Martinière, 2003

Caramel & beurre salé, (avec Henri Le Roux) chez Le Cherche-Midi, 2003

Rosbifs ! / L’histoire des relations franco-anglaises au travers de la viande de bœuf, chez Textuel, 2006

Les cuisines de la critique gastronomique, en collaboration avec Sébastien Demorand, Éditions du Seuil / Médiathèques, 2009

Michel Troisgros et l’Italie, en collaboration avec Michel Troisgros, Glénat, 2009

articles « Beurre », « Brillat-Savarin », « Guide Michelin » in J.-P. Poulain (dir.), Dictionnaire des cultures et des modèles alimentaires, PUF, Paris (à paraître)

Sur l’idée de nouveauté en cuisine, Métaillié (en préparation)

traduction de l’italien des ouvrages de Leda Vigliardi Paravia, Casanova, un Vénitien gourmand (Editions du Chêne, 1998) et La cuisine italienne de mère en fille (Albin Michel, 2000)